Présentation du projet de Plan national pour un développement durable

Le 27 septembre 2018, la ministre de l’Environnement, Carole Dieschbourg, le ministre des Finances, Pierre Gramegna, et le ministre de la Coopération et de l’Aide humanitaire, Romain Schneider, ont présenté le projet de Plan national pour un développement durable.

Photo de groupe
©MCOOP

 

Ce plan national sur la mise en œuvre du programme des Nations unies "Transformer notre monde, agenda de développement durable d'ici 2030", dit Agenda 2030, a été élaboré en concertation avec des acteurs de la société civile et du secteur privé au cours d'ateliers de co-travail.

L’Agenda 2030 intègre les dimensions économique, sociale et environnementale du développement durable afin de mobiliser tous les acteurs concernés autour de la mise en œuvre des quinze prochaines années dans des domaines extrêmement importants pour l'humanité et la planète par le biais de 17 Objectifs de développement durable (ODD) et des 169 cibles. Considérant l’applicabilité universelle des ODD, l’Agenda 2030 constitue une feuille de route pour le Luxembourg et leur réalisation se fait, d’ici à 2030, par voie du Plan national pour un développement durable.

Le projet de Plan national pour un développement durable définit dans son chapitre II, "Une stratégie porteuse de changement", dix champs d’action prioritaires:

  1. Assurer une inclusion sociale et une éducation pour tous
  2. Assurer des conditions pour une population en bonne santé
  3. Promouvoir une consommation et une production durables
  4. Diversifier et assurer une économie inclusive et porteuse d’avenir
  5. Planifier et coordonner l’utilisation du territoire
  6. Assurer une mobilité durable
  7. Arrêter la dégradation de notre environnement et respecter les capacités des ressources naturelles
  8. Protéger le climat, s’adapter au changement climatique et assurer une énergie durable
  9. Contribuer, sur le plan global, à l’éradication de la pauvreté et à la cohérence des politiques pour un développement durable
  10. Garantir des finances durables

Ces champs d’action sont le résultat d’un processus de discussion et de travail tant au niveau politique que sociétal et sont proposées comme prioritaires pour rendre le développement du pays plus durable en regard des objectifs de l’Agenda 2030. Ils sont présentés selon un même schéma commun: l’ambition visée à long terme pour le Luxembourg dans ce champ d’action, les défis qu’il faut relever à l’horizon 2030 et les mesures et initiatives en tant que pierres angulaires de l’action gouvernementale mises en place ou envisagées par les différents ministères concernés pour atteindre les objectifs visés.

Des avancées importantes ont été réalisées au cours des dernières années dans le domaine des finances durables. Ainsi, le Luxembourg a développé une vision à long terme et une feuille de route de la finance durable pour le Luxembourg a été élaborée. Cette feuille de route guidera le développement d’un système financier durable en partenariat avec les acteurs du secteur privé.

En matière de financement climatique international, le gouvernement s’est activement impliqué dans la recherche et la mise en pratique de solutions innovatrices favorisant le développement durable. Ceci comprend notamment les mesures suivantes: 120 millions d’euros pour la lutte contre le réchauffement, 35 millions d’euros jusqu’en 2020 pour le Green Climate Fund, mise en place d’une plateforme de financement avec la Banque européenne d’investissement, soutien à la création du Forestry and Climate Change Fund.

Parallèlement aux stratégies spécifiques au niveau des différents champs d’action prioritaires, il s’agit de trouver et de se munir d’instruments de mise en œuvre transversale qui accompagnent, facilitent et permettent les changements vers un développement durable. Les cinq niveaux d’action transversale suivants ont ainsi été identifiés:

  • l’information et la sensibilisation
  • l’échange et la coopération
  • le financement adéquat
  • la recherche et le développement
  • l’évaluation et le suivi

La mise en œuvre de l’Agenda 2030 ne peut réussir qu’avec la participation de toute la société. Dans un processus de co-travail de nombreux acteurs, tant du monde associatif et du secteur privé que du monde scolaire et institutionnel, ont été associés à la réflexion sur les défis à relever à l’horizon 2030. Le chapitre III de l’avant-projet de plan national pour un développement durable intitulé "Un engagement commun"  décrit ce processus de co-travail et les engagements concrets d’un certain nombre des participants du processus de co-travail.

Finalement, le projet de plan national pour un développement durable propose dans son chapitre IV "Un pilotage méthodique" une série d’indicateurs afin de permettre une appréciation objective lors de l’évaluation des progrès accomplis dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030.

Le gouvernement en conseil en date du 25 juillet 2018 a approuvé l’avant-projet du Plan national de développement durable et a décidé de le soumettre pour avis à la Chambre des députés et au Conseil supérieur pour un Développement durable, conformément à la loi du 25 juin 2004 relative à la coordination de la politique nationale de développement durable.

 

Communiqué par le Département de l'environnement / ministère des Finances / Direction de la coopération au développement et de l'action humanitaire 

Dernière mise à jour